Menu Fermer

Mon premier poing avec ma femme – Histoire de sexe

Rate this post

Benoît est marié à Nadine depuis plus de 10 ans… Et pour pimenter leur relation, il voulait essayez le fisting. À travers cette histoire de sexe, Benoît nous raconte comment il a pu aborder le sujet avec sa femme avant de passer à l’action…


Ils sont disponibles pour une rencontre coquine :


Je m’appelle Benoit, j’ai trente ans et je me considère comme un homme qui a suffisamment d’expérience dans le domaine du sexe, pour ne pas être considéré comme un débutant.
Mais il y a une chose que je n’ai jamais faite auparavant, et que je n’ai jamais proposée à mon partenaire : le fisting !

Je dois dire que Nadine et moi sommes mariés depuis 15 ans et que nous sommes très proches. Mais nous sommes toujours restés très traditionnels dans nos positions sexuelles pendant nos ébats amoureux.

Elle n’est pas vraiment habituée au changement, moi non plus, et je dois admettre que nous sommes toujours un couple très classique, aussi classique que nos positions au lit.

Un collègue m’a parlé de la première baise…

Mais un jour, au travail, j’ai un collègue qui m’a dit que sa femme adorait qu’il mette sa main sur son vagin.
Aussi grossière et impolie que soit cette déclaration de la machine à café, cet homme a éveillé ma curiosité, car jusqu’à présent je n’avais fait que caresser le clito de ma femme avec mes doigts ou ma langue.

Je m’imaginais trouver une nouvelle façon de pimenter notre relation, de pimenter nos nuits, de pimenter nos ébats. Mais connaissant Nadine, je ne savais pas vraiment comment elle allait réagir. J’étais partagé entre lui demander si elle voulait le faire et la laisser venir me voir pour me demander de le faire.
Mais la deuxième option me semblait définitivement perdue, puisque Nadine aimait déjà nos ébats actuels et se contentait donc d’un minimum de déshabillage.

Lorsque je rentre à la maison ce jour-là, je m’approche sensuellement de ma femme et je l’entoure de mes bras pour l’embrasser. Je me sers un verre de whisky, j’en prends une gorgée et je commence à parler du repas de ce soir.
Puis elle me rappelle quelque chose que j’avais complètement manqué.
Ce soir, j’ai été invité à la pendaison de crémaillère d’une amie qu’elle ne supportait pas.
En fait, j’avais oublié que j’avais tout fait pour qu’elle vienne avec moi quand même, mais elle avait refusé, me suppliant d’y aller seule et de ne pas me couper les vivres pour elle.

Ma femme était chaude pour essayer le fisting

Puisqu’on parle d’amis, je vais vous raconter l’histoire de fisting que mon autre ami au travail m’a racontée. J’appuie sur le mot fisting exprès pour qu’elle comprenne de quoi on parle.

Et c’est là qu’elle dit quelque chose que je n’aurais jamais cru entendre sortir de sa bouche.
« Quand tu veux faire ça, fais-le à moi, pour changer un peu nos positions !

Je suis encore tellement abasourdie que je me demande si le problème ne venait pas de moi, de ma gêne et de mon manque de confiance.
Quand votre femme vous dit que lorsque vous l’imaginez rougir rien qu’en vous montrant un vibrateur, ça tombe, croyez-moi !

Je suis allé à la fête parce que j’avais promis de faire une apparition. Mais dans un autre sens, j’étais tellement pressé de rentrer chez moi que j’ai bu plus et plus vite que je n’aurais dû. Je me suis retrouvé complètement ivre et surexcité comme un chat qui poursuit un chat en chaleur.

Elle attendait que je le fasse pour la première fois.

Quand je suis entré, ma femme était allongée sur le lit, face contre terre, en pantalon, et m’invitait à lui rendre hommage.
Je me suis assis à côté d’elle, et pendant qu’elle dormait encore, j’ai fait glisser sa culotte le long de ses cuisses, en glissant ma main sur sa petite chatte qui commençait déjà à être humide.
Là, elle a alors, comme par réflexe, posé son cul bulleux sur le lit, m’offrant à hauteur de visage sa vulve très humide et chaude.

Le moment idéal pour passer au fisting, ai-je pensé à l’époque.
J’ai commencé à insérer deux doigts, puis trois et je pouvais sentir sa chatte s’ouvrir de plus en plus et demander plus d’invités.
Puis j’ai inséré quatre doigts et j’ai fait des allers-retours avec des gémissements qui m’ont confirmé qu’elle attendait cela depuis longtemps.

Elle a joui quand j’ai repoussé ma main et que j’ai murmuré quelque chose pour moi-même en mordant l’oreiller…..
« Je veux que tu me réveilles comme ça demain matin ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *