Menu Fermer

La légende du sextoy de la reine Cléopâtre VII

Sextoy Cléopâtre légende
Rate this post

Les légendes sont un peu comme les mythes et les symboles liés à la sexualité, je les adore. Ce sont des sujets que j’aime partager avec vous sur mon blog, en prenant le temps de mettre en lumière la vérité de l’histoire pour savoir ce qui se cache vraiment derrière. La blague du jour, j’en entendais parler depuis un moment sans vraiment en tenir compte. Alors vous me connaissez, j’ai fait mes petites recherches pour commencer à écrire le premier article à présenter dans la catégorie Sextoy de mon blog….. Et pas la dernière, j’espère. Aujourd’hui, nous allons parler de Cléopâtre et de son papyrus spécial.

Avant les sites de rencontre ou les vibromasseurs, il y avait l’Égypte et la reine Cléopâtre VII.

Cléopâtre, à l’origine du premier sextoy de l’histoire ?

Pour le début de cette histoire, nous retournons en Égypte ancienne, sous la dynastie des Lagides, de 323 à 30 avant J.-C. À la toute fin de cette période, la reine Cléopâtre VII était au pouvoir dans la ville d’Alexandrie, une femme qui a inspiré de nombreuses histoires et fantasmes, comme c’est encore le cas aujourd’hui. A travers les signes de l’époque, les historiens lui attribuent une personnalité courageuse, intelligente, autoritaire et puissante. L’autre caractéristique de sa personnalité serait probablement une libido élevée et une sexualité libérée, que l’on pourrait même qualifier de libertine avec les yeux d’aujourd’hui. Encore une fois, il est difficile de séparer le vrai du faux, surtout à propos d’un personnage qui a vécu il y a plus de 2 000 ans…

Quelle est donc la légende de la reine Cléopâtre qui nous intéresse ? Vous vous doutez bien que je ne vais pas parler de politique. Au fil des ans, un mythe persistant s’est emparé de l’imagination collective : selon ce mythe, la reine d’Égypte aurait créé le premier sextoy de l’histoire. En plus de diriger le pays d’une main de fer, on dit qu’elle aimait aussi le plaisir.

On raconte, par exemple, que Cléopâtre a conçu un sextape maison en utilisant un papyrus qu’elle a plié et rempli d’abeilles afin qu’il vibre lorsque les insectes volent contre le papier. Selon les légendes, il ne s’agissait pas d’un papyrus mais d’une calebasse évidée, une sorte de petit pot. L’idée est ingénieuse, car elle ne se serait pas contentée d’un simple objet qu’elle pouvait insérer elle-même, mais aurait imaginé le premier vibrateur.

Voilà pour la légende qui perdure depuis qu’elle est devenue populaire. Également décrite comme magnifiquement belle, Cléopâtre est facile à imaginer, au bord d’un lit, glissant cette confection en papyrus entre ses cuisses pour jouir magnifiquement avant de retourner régner sur l’Égypte. Si vous fermez les yeux, vous pouvez l’imaginer se délectant de la montée d’adrénaline et de la peur de la fuite des abeilles, clairement liées au plaisir qu’elle aurait dans ce lit.

D’où vient cette légende sur Cléopâtre ?

Cette anecdote historique sur Cléopâtre a été relancée il y a quelques années lorsque la bande dessinée Histoire de sexe co-écrit par Philippe Brenot et Laëtitia Coryn. Ce dernier s’est exprimé sur le sujet dans une émission sur France5 (qui n’est plus disponible) après la sortie du livre.

Désolé de vous décevoir, mais il semble que cette légende soit fausse. Ce qui aurait contribué à sa conception, ce sont les images de propagande de l’époque préparées par les ennemis romains de Cléopâtre. L’histoire étant écrite par les vainqueurs, après la bataille d’Actium, perdue par le souverain, les alliés de l’empereur Auguste auraient griffonné des dessins de la reine à l’aide d’un sextoy en bois ou en pierre.

Vrai ou faux, cette histoire contribue au mythe de Cléopâtre… Et à l’histoire du sextoy à travers le temps. Car, avant la reine, le premier godemiché de l’histoire a été taillé dans une roche sédimentaire, le siltstone, il y a plus de 32 000 ans. L’objet pouvait également être utilisé pour sculpter la pierre, ce qui signifie que les gens de l’époque savaient faire d’une pierre deux coups…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *