Menu Fermer

Histoire de mon premier plan candaulista – Histoire érotique

Rate this post

C’est l’histoire de Nadia et Denis, un couple de mariés qui voulait essayez le candaulisme. Avec cette histoire érotique, vous découvrirez dans les moindres détails le tout premier plan candaulsite d’un couple.


Ils sont disponibles pour une rencontre coquine :


Je suis Nadia, une femme mariée depuis plus de 4 ans à un homme très charmant, mais avec des désirs particuliers.

Denis est un homme qui me comble, sexuellement et émotionnellement. On peut dire que j’ai eu raison de lui passer la bague au doigt et je ne le regrette pas.
Nous aimons tous les deux le sexe et aimons prendre du plaisir, partout et aussi souvent que possible.
Avant d’épouser Denis, je savais qu’il était très porté sur la sexualité et il me parlait souvent ou faisait allusion au monde de l’échangisme, du libertarisme ou du candaulisme.

C’est un monde dans lequel je n’étais pas vraiment impliquée avant de le rencontrer, étant une femme assez classique dans ses mœurs sexuelles.

Le fantasme candauliste de mon mari

Il y a quelques jours, il a eu le courage de me faire une étrange confession.
Pendant des années, il a fantasmé qu’un autre homme pourrait me faire l’amour, mais sans qu’il soit là pour le voir.

C’est une chose très étrange, mais je ne suis pas surpris d’apprendre qu’il est candauliste, me parlant souvent ces derniers temps de sites spéciaux qu’il trouve très intéressants pour rencontrer d’autres couples, ou de sites amusants pour trouver d’autres hommes avec qui partager sa femme.

Le camping : le lieu idéal pour s’essayer au candaulisme

Nous venons de passer nos vacances dans un camping de la Côte d’Azur et nous devons admettre qu’il n’y a vraiment pas de meilleur endroit pour se jeter à l’eau lorsque l’on sort sans son mari au bras. Je ne sais pas si c’est la chaleur de l’été ou le fait que nous soyons sur un camping qui en est la cause, mais les hommes semblent vraiment plus excités qu’en hiver.

Lorsque je suis allé à la supérette du camping, un homme d’une trentaine d’années s’est approché de moi et m’a demandé si j’étais un local.
Nous sommes rapidement passés à d’autres échanges plus intimes, entre le rayon des pâtes et celui des biscuits, et il m’a immédiatement demandé si j’étais célibataire.

Lorsque je lui réponds que je suis avec mon mari, le type ne semble pas se retenir et ne recule pas, me disant « c’est bon, je ne suis pas jaloux ».
Je pense immédiatement à mon mari qui, assis dans le camping-car et buvant son apéritif anisette du soir, m’a proposé de me montrer son soi-disant mobile home de luxe.

Eh bien, je l’ai vu de haut en bas. Nous avons fait toutes les pièces et je pense que nous avons presque choqué une famille voisine avec des enfants qui ne pouvaient pas s’endormir à l’approche de 22 heures à cause des cris que je poussais chaque fois qu’il me frappait entre les reins.

Quand je suis rentrée au camping-car, mon mari Denis a vite compris que je n’avais pas forcément passé 4 heures à essayer de décider quel paquet de coquillettes acheter pour le repas du soir, qui lui est d’ailleurs passé sous le nez.
Lorsqu’il m’a demandé ce que j’avais bien pu faire pendant les six dernières heures en allant chercher les pâtes, je lui ai simplement répondu que j’avais réalisé son fantasme de candaulisme.

Une première expérience candauliste très réussie….

Il a commencé à s’exciter, a souri, s’est déplié et m’a tendu une chaise de camping pour m’asseoir, puis m’a supplié de lui raconter ce moment intense.

Pendant que je lui parlais, je voyais son bas-ventre se durcir en même temps.
Il avait une énorme trique et a commencé à se caresser par-dessus son pantalon, tandis que je commençais déjà à mouiller à nouveau, en le regardant.

Je l’ai pris par la main, nous sommes rapidement retournés à la caravane et j’ai recommencé à empêcher nos autres voisins de dormir avec mes cris…
Enfin, j’aime beaucoup le candaulisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *